PHILANTHROPIE : LA BONNE FOI D’UNE JEUNE DAME GENEREUSE

Spread the love

Audacieuse et affectueuse, du haut de sa trentaine, la présidente de l’Association ‘’Gnoumakè’’, Adam Niamé Bah, s’est engagée pour l’insertion socioculturelle des enfants de la rue. « C’est Dieu qui m’a envoyé pour m’occuper de ces enfants », précise-t-elle pour justifier son assistance aux enfants de la rue depuis  2009.

Créée et dirigée par Adam Niamé Ba, l’association ‘’Gnoumakè’’ qui veut dire en français, ‘’faire du bien’’, œuvre dans l’humanitaire, notamment à l’endroit des enfants en situation difficile, les enfants de la rue, les familles démunies et les personnes âgées. Elle vise à voler au secours des personnes en situation difficile dont elle aide à faire éclore leurs talents.

Sa présidente, une dynamique commerçante import-export, n’a de raison d’être que lorsqu’il s’agit de soutenir un enfant en situation difficile. Diplômée de la Faculté des sciences juridique et politique (FSJP) en 2008, l’unique fille de Niamé Diallo a décidé de mettre ses connaissances professionnelles à la prise en charge des plus démunis des couches vulnérables : les enfants talibés et ceux de la rue. Juriste de formation, cette jeune dame à la joie immense est une ancienne basketteuse de l’équipe nationale du Mali avec comme club de cœur l’AS Réal de Bamako.

Epouse de Mamadou Diop et mère d’une fille, Ada explique que cette association est un héritage. ‘’Ma mère a toujours aidé les autres. Elle n’a eu que deux enfants, mon grand frère et moi mais elle a toujours préparé pour 15 à 20 personnes. J’ai trouvé la générosité de ma tendre mère très normale, car être une femme malienne, c’est avoir un cœur, c’est s’occuper des autres, c’est entretenir les enfants d’autrui’’ a affirmé Mme Diop.

Engagée dans sa foi, la compétente Adam a fait beaucoup de plaidoyers en faveur de ces protégés : « Ma satisfaction, c’est quand les enfants de la rue réussissent », s’exprime ainsi cette tendre mère.

Parmi ses initiatives, la présidente de l’Association, Adam Niamé Bah, organise des séances de remise de don des vivres aux maîtres coraniques, aux les personnes âgées, etc. En ce qui concerne les enfants de la rue, la généreuse Adam organise des journées de rencontre avec les enfants dénommées ‘’journée niyôrô’’ ou encore ‘’journée sa part’’. La journée consiste à organiser des conférences débats sur des thèmes, des jeux d’animation, des déjeuners. Une manière pour elle, de partager de l’amour avec ces pauvres enfants.

Elle lie son bonheur à celui des enfants de la rue

Toujours habillée dans un style harmonieux, pour Adam Niamé Bah, « être femme c’est donné de l’amour » et son engagement a porté des fruits avec beaucoup d’enfants retirés de la rue grâces aux activités professionnelles et d’instruction. Certains de ces enfants ont opté pour la menuiserie, d’autres, la vente des cartes de rechargement, de l’essence, il y en a qui évoluent dans les clubs de football, pour ne citer que celles-ci.

« Je pense que la rue n’est pas un paradis pour ces enfants mais un enfer », déclare-t-elle. Avant d’ajouter : « ces enfants n’ont rien fait pour mériter ce sort, raison pour laquelle, ils ont besoin du soutien de tout un chacun ».

Avec une taille fine, un teint clair, cette jeune dame de classe et d’élégance sait conjuguer la perspicacité à la générosité. Raison pour laquelle, elle a consacré sa formation juridique au soutien des enfants de la rue. Désormais, la battante Adam est reconnue comme la maman des enfants mendiants. Toujours disponible pour les tout petits, elle a laissé ses contacts dans les différents commissariats pour qu’ils la contactent quand ils reçoivent une plainte contre un enfant démuni. « Je me sens heureuse avec ces enfants. Sans rancune, ils disent toujours ce qu’ils ressentent. Quelque chose de fort me lie à eux », souligne-t-elle en souriant.

Pour le plus grand bonheur des enfants, la benjamine du couple peulh, envisage de créer un centre multifonctionnel. « Les femmes sont les gardiennes de l’éducation, nous devons nous occuper de ces enfants comme s’ils sont les nôtres », conclut ainsi cette dame forte de caractère. Pour soutenir les actions de Adam, son épouse, Mamadou Diop a décidé de s’engager avec les enfants. Les enfants de la rue ont désormais un nouveau papa.

 

One Response to PHILANTHROPIE : LA BONNE FOI D’UNE JEUNE DAME GENEREUSE

  1. Napoboureima dit :

    Que dieux vous aide dans le bien fait ,longévité dans la santé pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *